La Chapelle Hermitage

"UN GRAND VIN EST TOUJOURS LE FRUIT D’UN MIRACLE"

Miracle d’une géologie qui rencontre son climat. Miracle du temps qui harmonise patiemment cette rencontre. Miracle de l’homme qui pressent qu’il se passe ici quelque chose pour y planter le bon cep de vigne. Miracle enfin, de l’amateur éclairé qui 60 ans après la mise en bouteille puisse encore s’émerveiller de la jeunesse d’un vin nommé la Chapelle, millésime 1961...

Situé entre le massif central et le massif alpin, au cœur d’une activité géologique particulièrement intense, se trouve ce terroir unique nommé la colline de l’Hermitage. Profitant d’une faille de la roche, la force du Rhône isola du massif central cette protubérance granitique exilée dès lors du côté alpin...

Durant des milliers d’années, le temps fit son œuvre. Le soulèvement des Alpes, le cours du fleuve, les glaciers et les vents, enrichirent les tréfonds de la colline d’une exceptionnelle diversité des sols.

Ne manquait plus que la main de l’homme pour permettre au miracle de s’accomplir et de nous être livré. Sans doute fallait-il un mystique - le Chevalier Gaspard de Stérimberg, de retour de croisades au XIII siècle, pour pressentir le potentiel de cette singulière colline flottant au-dessus de la plaine Drômoise comme la Cathédrale de Chartres au-dessus des champs de la Beauce.

Aspirant à une vie d’Hermite, Il bâtit sur les hauteurs du coteau une chapelle et planta quelques pieds de Syrah ; vigne issue d’un croisement entre un cépage ardéchois, la Dureza, et un cépage savoyard, la Mondeuse perpétuant ainsi par les fleurs la rencontre déjà scellée par les sols. Elle trouva ici son terroir d’expression le plus naturel ; le plus évident.

Seulement ici, la Syrah peut-elle permettre à des vins d’atteindre des longévités auxquelles ne peuvent prétendre que de très rares grands crus.

Depuis 1834, sur ces coteaux escarpés où seule la main de l’homme peut intervenir, les vignerons de la famille Jaboulet puis de la famille Frey se sont succédé pour cultiver les vignes de cette cuvée devenue mythique, La Chapelle Hermitage.

« Les vins de La Chapelle Hermitage doivent révéler le génie du lieu » 

Explique Caroline Frey à qui ces coteaux de pierre sont précieusement confiés depuis un peu plus d’une décennie.

Pour atteindre cette harmonie parfaite, une transition vers la viticulture biologique puis vers la biodynamie, semblait évidente pour mieux comprendre et donc mieux soigner la vigne. Une connaissance plus intime de la nature profonde de la vigne et de chacune de nos parcelles permet ainsi d’accompagner la plante, de la soutenir, la stimuler et non plus de la maitriser ou de l’emprisonner. Au fond, on ne fait pas un grand vin, on lui donne juste les moyens de se révéler à lui-même.

Issu des parcelles les plus caillouteuses du Méal, des Bessards, des Rocoules, des Greffieux, le bon équilibre et la profondeur de La Chapelle ne se trouve jamais que dans l’assemblage final des origines révélant ainsi le vin à son propre génie.

« Une richesse et une profondeur infinie portée sur un nuage »

Voici un des descriptifs qui pourrait s’appliquer à ce vin aussi unique et qu’inimitable.